Securite au travail

Sécurité au travail : la réglementation

Vous avez ou vous allez accueillir des collaborateurs intérimaires. Les statistiques montrent qu'ils ont un risque d'accident du travail deux fois supérieur à celui des autres salariés. N'oubliez pas que vous êtes, dans l'entreprise, responsable de leur santé et de leur sécurité.

Décrivez le poste de travail à votre agence d'emploi

L'entreprise utilisatrice est tenue, lors de la signature du contrat de mise à disposition de décrire le poste de travail en détail à son agence d'emploi :

  • Conditions générales de travail (travail de nuit, travail posté, travail isolé..)
  • Facteurs de risques : risques physiques (bruit, ambiance froide ou chaude, vibrations.. ), risque accidentels (chute de hauteur, routier, machine dangereuse..), risques liés à une situation de travail (gestes répétitifs, contraintes posturales, manutention manuelle..), risques chimiques, risques biologiques, autres risques
  • Habilitations obligatoires au poste de travail : engins de chantier, de manutention, conduite de véhicules, habilitation électrique etc.
  • Protections individuelles nécessaires au poste : chaussures de sécurité, bottes de sécurité, casque de sécurité, gants, lunettes, protections auditives etc.

Vérifiez la liste des travaux interdits aux intérimaires

Il convient à l'entreprise utilisatrice de vérifier les travaux interdits aux salariés intérimaires (et aux salariés sous contrat de travail à durée déterminée) listés dans le code du travail.
Il s'agit de travaux comportant l'exposition à des agents spécifiques ou certains travaux présentant des risques.
Vous pouvez retrouver la liste complète sur le site gouvernemental.

Etablissez la liste de vos postes à risques et formez vos intérimaires

Les postes dits « à risques » sont des postes qui présentent des risques particuliers pour la santé et la sécurité des salariés intérimaires.
Le chef d'établissement établit la liste des postes à risques après avis du CHSCT (ou à défaut des délégués du personnel) et du médecin du travail.
L'entreprise utilisatrice est tenue de fournir cette liste à l'agence d'emploi.
Il appartient à l'entreprise utilisatrice de former ses salariés intérimaires à la sécurité :

  • Formation commune à tous les salariés s'il s'agit de poste sans risque particulier
  • Formation renforcée à la sécurité s'il s'agit d'un poste à risques
    Si un salarié intérimaire affecté à un poste à risque est victime d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle et n'a pas bénéficié d'une formation renforcée à la sécurité, la faute inexcusable de l'entreprise utilisatrice est présumée établie.

N'oubliez pas que, comme tout salarié, l'intérimaire peut exercer son droit de retrait s'il estime être confronté à une situation de danger grave et imminent.